Professional Development

ɁEKONĘKE GAH TONLU: THE PATH FOR THE YOUNG PEOPLE: Program Description and the Approach to Developmental Evaluation

Please see below for an exciting cost-free event hosted by our friends at CES New Brunswick.

ɁEKONĘKE GAH TONLU: THE PATH FOR THE YOUNG PEOPLE: Program Description and the Approach to Developmental Evaluation 

Presenter: Debbie DeLancey MA. C.E.

Date: Nov 5 

Heure/Hour: 12.00-1.10 PM (ADT)

Register: https://www.eventbrite.ca/e/ekoneke-gah-tonlu-the-path-for-the-young-people-le-chemin-des-jeunes-tickets-198897827757

(Description en français à suivre)

In 2019, Public Safety Canada approved funding for a proposal by the community of Fort Good Hope to run a five-year on-the-land program for youth. The program design was based on peer-reviewed research, best practices, and community wisdom to identify both risk and protective factors. PSC funding included a requirement to participate in an outcome evaluation.

There is a substantial body of literature that speaks to land, connection to land, and time spent on the land as a protective factor for Indigenous peoples and specifically Indigenous youth, but even more compelling is the fact that this a theme universally raised as the single most important factor in well-being and healing for Indigenous people, by Indigenous people themselves, in Canada and worldwide.  Privileging Indigenous views and knowledge about healing and well-being is consistent with the evaluation approach that is being used for this project, i.e. a culturally responsive evaluation with an Indigenous lens.

Debbie DeLancey, a long time northerner who once lived in Fort Good Hope, has held senior management positions in the Government of the Northwest Territories. She has championed program evaluation since she was tasked in developing the Program Evaluation and Design Unit in the early 1990’s. Debbie will be taking us through a description of the initiative, the theory of change, the evaluation framework, and the challenges of working in a community-based program while trying to balance the funders’ expectations of rigor with the community’s values and perspectives, within the constraints of limited resources and on-going Covid-19 restrictions.

The presentation will be offered in English.


ɁEKONĘKE GAH TONLU LE CHEMIN DES JEUNES : Description du programme et approche de l’évaluation du développement.

En 2019, Sécurité publique Canada a approuvé le financement d’une proposition de la communauté de Fort Good Hope visant à gérer un programme de cinq ans sur la terre pour les jeunes. La conception du programme était basée sur la recherche évaluée par les pairs, les meilleures pratiques et la sagesse de la communauté pour identifier les facteurs de risque et de protection. Le financement de SPC comprenait l’obligation de participer à une évaluation des résultats.

Il existe un grand nombre de documents qui parlent de la terre, du lien avec la terre et du temps passé sur la terre comme d’un facteur de protection pour les peuples autochtones et plus particulièrement pour les jeunes autochtones, mais ce qui est encore plus convaincant, c’est que ce thème est universellement considéré comme le facteur le plus important de bien-être et de guérison pour les peuples autochtones, par les peuples autochtones eux-mêmes, au Canada et dans le monde entier. Privilégier les points de vue et les connaissances autochtones sur la guérison et le bien-être est conforme à l’approche d’évaluation utilisée dans le cadre de ce projet, c’est-à-dire une évaluation adaptée à la culture et à la perspective autochtone.

Debbie DeLancey, une nordique de longue date qui a vécu à Fort Good Hope, a occupé des postes de haute direction au sein du gouvernement des Territoires du Nord-Ouest. Elle est devenue la championne de l’évaluation des programmes depuis qu’elle a été chargée de mettre sur pied l’unité d’évaluation et de conception des programmes au début des années 1990. Debbie nous présentera une description de l’initiative, de la théorie du changement, du cadre d’évaluation et des défis que représente le fait de travailler dans le cadre d’un programme communautaire tout en essayant d’équilibrer les attentes rigoureuses des bailleurs de fonds avec les valeurs et les perspectives de la communauté, et ce, dans le cadre de ressources limitées et des restrictions continues liées à la Covid-19.

Leave a Reply

Your email address will not be published.